Archives de catégorie : Actualités de la recherche

Journée d’étude – Les marchés des IRP. Recompositions, usages et pratiques

29 juin 2023
Triangle, ENS de Lyon
Comité d’organisation : François Alfandari, Sophie Béroud, Willy Gibard


10h-11h15 : Amandine Michelon (CSO – Sciences Po Paris) – discutante Sophie Béroud (Lyon 2/Triangle)

« Les experts en santé au travail : évolutions d’un marché et d’une activité depuis la mise en place des CSE »


Depuis les années 1990, les Comités d’Hygiène, de Sécurité et de Conditions de Travail (CHSCT) disposent d’un droit de recours à une expertise dans le cadre de leur information-consultation sur des projets importants modifiant les conditions de travail ou en cas de risque grave dans l’établissement (art. L.2315-94). Si divers acteurs intervenaient depuis plusieurs décennies auprès des instances représentatives du personnel et des syndicats autour des questions de santé au travail, l’ouverture de ce droit participe à la délimitation d’un univers professionnel, celui des experts en santé au travail, et d’un marché, celui des cabinets d’expertise. En actant la disparition des CHSCT pour leur fusion avec les anciens Comités d’Entreprise (CE) au sein des Comités Sociaux et Économiques (CSE), instance aux prérogatives considérablement plus larges, mais aussi en modifiant les modalités du recours à l’expertise et en introduisant une obligation de certification des experts et des cabinets, l’adoption des ordonnances du 22 septembre 2017 entraîne un bouleversement profond de l’expertise en santé au travail à destination des représentants du personnel. Cette présentation s’appuiera sur le travail mené dans le cadre d’une thèse CIFRE effectuée au sein d’un des principaux cabinets d’expertise à destination des représentants du personnel. A partir d’entretiens, d’archives et d’observations participantes, elle se propose d’explorer comment le marché et l’activité d’expertise en santé au travail pour les IRP évoluent au cours des dernières décennies et, ce faisant, de discuter l’évolution du rôle de ces experts dans le dialogue social en entreprise au vu des bouleversements législatifs récents.

11h15-11h30 PAUSE


11h30-12h45 : David Sanson (UQAM) – discutant Rémy Ponge (Aix-Marseille Université/LEST)
« Les effets ambivalents de l’appropriation des expertises par les syndicalistes »


Alors que l’action syndicale protestataire sollicite de plus en plus souvent des experts externes pour appuyer les militants dans leurs activités, l’usage de ce droit relativement récent soulève un certain nombre de questions encore peu abordées dans le champ académique. La mise en lumière des enjeux que soulève le recours à l’expertise éclairent pourtant de manière vive les transformations contemporaines du syndicalisme français, à commencer par celles du « répertoire d’action » syndical. A ce titre, sans oublier de mentionner le poids du paysage institutionnel et économique qui concoure à en influencer les usages et les pratiques, cette communication sera ici centrée tout particulièrement sur la question des modalités d’appropriation de l’expertise de la part des équipes syndicales.
En effet : à quoi servent ces expertises, et que deviennent-elles une fois remises aux représentants du personnel ? Qu’apportent-elles vraiment aux syndicats qui en font la demande ? Dans quelle mesure et à quel degré contribuent-elles à recomposer l’équilibre entre différents répertoires d’action, du « travail de dossier » et de négociation aux modalités plus directes de mobilisation collective ? Comment et sous quelles conditions les militants syndicaux peuvent-ils s’approprier les résultats des expertises et s’en servir pour appuyer leur travail de représentation des salariés ? Ou bien encore quelles sont, plus largement et plus directement, les conséquences du recours à l’expertise auprès des équipes militantes ?
Afin de répondre au mieux à ces questions, cette communication s’appuie ici sur une enquête empirique de longue durée. D’une part, la présentation prend appuie sur une enquête ethnographique longitudinale réalisée depuis 2011 au sein d’un collectif CGT d’une entreprise chimique située en Normandie (appelée ici « Energycorp* »). D’autre part, une expérience professionnelle entre 2017 et 2020 au sein du cabinet d’expertise régulièrement mandaté par le collectif CGT précédemment mentionnée (appelé ici « Syndicos* ») permet également d’approfondir l’analyse tout en croisant les points de vue.
Cette communication vise ainsi à montrer que la question de l’appropriation de l’expertise est un point d’entrée idéal afin de donner à voir les transformations du travail militant, et notamment des registres cognitifs et revendicatifs du militantisme ouvrier d’usine. Outil syndical, le recours à l’expertise constitue en effet une modalité ambiguë de repolitisation des enjeux sociaux, souvent cantonnés dans les instances de négociations au registre technique des grilles de lecture économiques et financières. Toutefois, si ces expertises semblent constituer un nouveau répertoire d’action (et de politisation) dans l’élaboration des rapports de force avec la direction, ces dernières soulèvent d’autres enjeux relativement peu traités par la littérature, à commencer par les capacités inégales pour les délégués ouvriers à se réapproprier de telles connaissances et savoir-faire techniques, et à les traduire en actions concrètes. En effet, force est de constater la difficulté des élus enquêtés à se réapproprier et à mobiliser entièrement ces expertises (qui font d’ailleurs souvent une voire quelques centaine(s) de pages avec un vocabulaire relativement ardu), à les mettre en discussion avec les salariés, ou bien encore à en faire des leviers véritablement efficaces d’actions syndicales de mobilisation. Appréhender les répercussions de cette « montée en compétences » -et notamment les mécanismes de division du travail syndical qui en découlent- est crucial pour comprendre ici la déstabilisation interne du collectif CGT enquêté. En effet, le besoin accru de compétences expertes dans le cadre du travail militant n’est pas sans conséquences sur la manière dont, par exemple, les délégués sont cooptés et proposés pour des postes à responsabilité, engendrant dès lors des effets de sélection sociale favorisant certains profils à fort « capital expert » au détriment de figures militantes plus « traditionnelles ». En contribuant alors à donner à voir la manière dont peuvent se recomposer les rapports de pouvoir au sein du syndicat enquêté, cette communication éclaire aussi la façon dont l’importance prise par des débats (d’)experts peut fragiliser aujourd’hui les collectifs militants d’usine et, au-delà, le syndicalisme ouvrier dans son ensemble.


12h45-14h30 : REPAS


14h30-15h45 : François Alfandari (Triangle/Lyon 2) – discutant Julien Louis (Lyon 2/Triangle)
« La structuration de l’espace de la formation à destination des élus du personnel »


La formation à destination des élus du personnel constitue un véritable marché sur lequel de nombreux cabinets offrent des prestations de formation de différentes natures (session de formation, suivi, conseil, journée d’étude, documentation, etc.). Certains cabinets sont proches des organisations syndicales, d’autres du monde des directions d’entreprise. Certains forment au « dialogue social » quand d’autres cherchent à fournir des ressources aux élus pour « aller au-delà du droit ». Ces investissements différenciés de la formation par les cabinets reposent sur la diversité des trajectoires de leurs membres, des pratiques et des savoirs mobilisés (le droit, des pratiques militantes, managériales ou le coaching, etc.). L’examen de l’espace de la formation à destination des élus du personnel donne finalement à comprendre les logiques de structuration d’un univers fortement concurrentiel qui participe des recompositions des modalités d’investissement du rôle d’élu, des ressources à leur disposition et de la façon dont le « dialogue social » s’incarne dans les pratiques de représentation.

Colloque organisé par le Centre de recherches critiques sur le droit (CERCRID) et l’Institut de formation syndicale (IFS)

Attaqué par le législateur, habité par l’invention militante, menacé par le pouvoir, la fatigue et la désinformation, lieu de résistance, le CSE est à repenser.

Le 5 mai nous scruterons ses forces et ses faiblesses, le réel et nos désirs.


→ Inscription obligatoire au plus tard le 25 avril 2023 : inscriptions et informations ici

Programme

  • 8h15–8h45 – Accueil des participant.es
  • 8h45 – 9h00 – Présentation de la journée et mot d’accueil par Nathalie Dompnier, Présidente de l’Université Lumière Lyon 2
ATELIER 1 : LE PARI DE LA NÉGOCIATION SUR LE CSE
9h40–10h15
– Florence Debord, Université Lumière Lyon 2, CERCRID UMR 5137
– Jean-François Paulin, Université Claude Bernard Lyon 1, CERCRID UMR 5137
10h10 – 10h30 – Pause
ATELIER 2 : LE TRAVAIL DE REPRÉSENTATION DES ÉLU.ES DU CSE
10h30–12h00
– Sophie Béroud, Université Lumière Lyon 2, Triangle UMR 5206
– Carole Giraudet, Université Lumière Lyon 2, CERCRID UMR 5137
12h00 – Pause déjeuner
ATELIER 3 : LE TRAVAIL REPRÉSENTÉ PAR LE CSE
14h00–15h15
Sabine Fortino, Université Paris Nanterre, GTM/CRESPPA
15h15–15h30 – Pause
ATELIER 4 : L’AVENIR DU CSE
15h30–16h45
Dorian Mellot, Université Lumière Lyon 2, CERCRID UMR 5137
16h45 – Propos conclusifs des metteurs en débat
17h00 – Clôture de la journée

Soutenance de thèse de Lucas Winiarski

Lucas Winiarski soutiendra sa thèse le 23 janvier 2023 à 14h à l’Université Lumière Lyon 2, Palais Hirsch, 18 quai Claude Bernard (rdc), salle des colloques :

À contresens dans la CGT ? Le déploiement entravé des comités CGT de privés d’emploi et précaires à l’échelle locale et confédérale

devant un jury composé de :

  • Sophie Béroud, politiste, Professeure des Universités, Université Lumière – Lyon 2, directrice de thèse
  • Paul Bouffartigue, sociologue, Directeur de recherche CNRS, rapporteur
  • Valérie Cohen, sociologue, Maître de Conférences, Université de Tours
  • Işil Erdinç, politiste, Professeure associée, titulaire de la Chaire en politique sociale, Université Libre de Bruxelles, rapportrice
  • Jean Faniel, politiste, Directeur du CRISP
  • Guillaume Gourgues, politiste, Maître de Conférences, Université Lumière – Lyon 2

Résumé :

Cette thèse porte sur l’adaptation et les stratégies d’action d’une confédération syndicale française, la Confédération générale du travail (CGT) afin de rassembler et d’organiser les chômeurs et les salariés en situation de précarité. Depuis la création de la CGT, et lors de différences séquences historiques, la question de l’organisation des chômeurs s’est posée. La précarisation salariale (la transformation d’une économie basée sur le salariat) interroge les organisations syndicales sur leur fonctionnement. L’évolution du monde du travail vers un ordonnancement plus mobile et flexible pose de nombreuses questions aux structures syndicales (souvent centrées sur les travailleurs à statut et les syndicats d’entreprise dans des établissements de grande taille) quant à leur organisation et les ajustements qu’elles apportent pour répondre à ces changements. L’ambition de cette thèse est de mesurer les enjeux de structuration mais aussi d’élargissement des perspectives syndicales à travers l’organisation des chômeurs et des travailleurs précaires au niveau local et national dans la CGT. Le caractère transversal de la structure étudiée, le Comité National des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires (CNTPEP-CGT) reflète la dimension plurielle de la CGT. L’examen de la place des comités et des chômeurs dans les différentes instances permet de questionner les dynamiques d’intégration des privés d’emploi et précaires dans la CGT, la façon dont les comités locaux de chômeurs et leur comité national se sont structurés dans le temps, comment ils perdurent et quelle place ils trouvent dans la CGT. Leur existence et leurs interactions questionnent la construction du mouvement des précaires, leur insertion dans des organisations principalement animées par des salariés non précaires et la capacité d’adaptation des syndicats, en l’occurrence ici la CGT.

Mots-clés :

syndicalisme, CGT, travail, chômage, chômeurs, précaires, précariat, socialisations, engagements, mobilisations, mouvements sociaux, organisations.

Session croisée RT28-RT18 – “Les intersections entre sexualité et travail”

Cette session croisée porte sur les intersections entre la sexualité et le travail. Les relations professionnelles peuvent être le lieu de rencontres, de pratiques et de production de la sexualité. Quel rôle joue la sexualité dans les relations professionnelles ? Quelles sont les significations attribuées à la sexualité dans un cadre prétendument public, où ce qui est a priori privé ne devrait pas intervenir ? Comment certaines pratiques de la sexualité (marque d’affection, flirt, mariage, divorce, enfants) sont-elles accompagnées, tolérées, interdites ou encouragées ? Sur quelles justifications et sur quelles formes repose leur institutionnalisation ?

Les communications pourront porter sur l’examen de dispositifs, des règles, des textes, des chartes, règlements intérieurs, codes de bonne conduite, de bonnes manières, de conseils, de formations, etc. Par ailleurs, l’analyse sociologique du choix du partenaire au travail pourra être mise en parallèle avec l’utilisation de la sexualité pour maintenir les autorités et la hiérarchie. Quelles sont les limites de la sexualité au travail ? S’appliquent-elles indépendamment du sexe, de la sexualité, ou de la position dans les relations professionnelles ? Les recherches sur la manière dont la sexualité influence les relations de travail, aux collègues, et comment elle peut contribuer à légitimer ou à imposer une éthique professionnelle particulière sont également souhaitées.

Enfin, la sexualité peut être un vecteur de mobilisation pour plus de diversité, pour la fin des discriminations, des inégalités de salaire ou de carrière, ou autour la lutte contre les « blagues », le harcèlement ou les violences. Qui porte ces revendications ? À quelles fins ? Avec quels moyens ? Pour quels résultats ? Les recherches, ainsi que leurs auteures, portant sur les institutions de la sexualité au travail, ses usagères, la place des syndicats, associations professionnelles, ordres, organisations militantes sont les bienvenues. Enfin, les propositions sur les relations professionnelles entre travailleurs et travailleuses de la sexualité, et leur place dans les relations professionnelles sont, elles aussi, encouragées. 

 Les propositions de communication devront s’appuyer sur des enquêtes empiriques solides, qualitatives ou quantitatives. Elles préciseront la démarche de recherche adoptée. L’analyse de cas étrangers ou la comparaison internationale sont les bienvenues.

Les propositions de communication devront compter environ 3 000 signes et être déposées sur le site de l’Association française de sociologie avant le 31 janvier 2023.

Elles doivent impérativement indiquer le ou les axes dans lesquelles elles peuvent s’insérer.

Afin d’organiser la discussion scientifique, les auteurs et autrices des propositions acceptées devront envoyer une version détaillée de leur contribution (30 000 à 50 000 signes tout inclus) avant le 2 juin 2023.

Appel à article – Les Mondes du Travail : “Dominations plurielles au travail, conflictualités et action syndicale”

Coordination dossier n° 32 : Rachid Bouchareb (UMR 7217 CRESPPA), Saphia Doumenc (UMR 5206 Triangle Lyon 2), Claire Flécher (Institut d’études du Travail, Lyon, Centre Max Weber)

Le dossier du numéro 32 ambitionne de faire dialoguer ensemble une série de travaux attentifs à l’impact des différents marqueurs de division sociale (de classe, de race, de genre mais également d’âge, de génération, de handicap, d’orientation sexuelle, etc.) sur la genèse et le déroulement de formes diverses de conflictualités dans la sphère professionnelle. Ces dernières peuvent avoir pour enjeu la dénonciation d’injustices ou des inégalités de traitement sans nécessairement se définir comme discriminatoire. Comment l’imbrication de plusieurs rapports sociaux recompose-t-elle la domination inhérente au rapport salarial, et, fait-elle émerger des formes de contestation individuelles et/ou collectives ?

Cet appel constitue une double invitation, d’abord à destination des chercheurs et des chercheuses investi.es dans des approches intersectionnelles[1], à questionner leurs travaux, voire à effectuer une revisite de terrain à l’aune, spécifiquement, des formes de conflictualité au travail. Une invitation également faite aux sociologues du travail, du syndicalisme, à prêter une attention particulière aux conditions de possibilité des conflictualités au regard des articulations des différents rapports sociaux dans lesquels sont pris les travailleur.euses.

Le spectre de ces conflictualités adopté ici se veut délibérément large : des résistances informelles (Bouquin, 2008), notamment aux humiliations silencieuses (Jounin, 2008) aux formes plus institutionnalisées d’organisation collective (syndicats, collectifs autonomes, etc.), nous souhaitons donner à voir comment la reconnaissance de rapports sociaux complexes vient renouveler les formes de contestation au travail. La question se pose avec d’autant plus d’acuité que, ailleurs, dans les luttes sociales, la construction d’un cadre commun de lutte contre les discriminations fait son chemin[2]. Ce dernier se construit en référence aux luttes déployées dans le contexte anglo-saxon dès le milieu du XXème siècle, mais est aussi impulsé par un nouveau cadre juridique de non-discrimination, porté au niveau européen (Fassin, 2002). La construction de ce cadre se traduit par une certaine circulation des savoirs et savoir-faire militants entre luttes menées contre le racisme, le sexisme, l’âgisme, ou encore le validisme (Rennes, 2020 ; Masson, 2013 ; Revillard, 2020), permettant ainsi le renouvellement des argumentaires et des formes de conflictualité (Bouchareb, 2011).

Mais qu’en est-il dans les sphères du travail ? Dans quelle mesure celles-ci s’inspirent-elles de mouvements situés hors de la sphère du travail ? Car si les liens entre organisations syndicales et mouvements sociaux dits « intersectionnels » restent peu visibles, nombreuses sont les luttes du travail articulant plusieurs dimensions sociales (territoriale, ethnique, professionnelle…). Dans une actualité très récente, on peut par exemple citer les grèves des femmes de ménage (Nizzoli, 2015 ; Doumenc, 2021), les mobilisations de coursiers à vélo (Jan, 2018), les grèves pour la reconnaissance du caractère systémique des discriminations raciales dans le BTP. A l’international aussi, de nombreux travaux pointent les différents leviers d’action à disposition des populations précaires, que ce soient à travers les luttes des travailleurs sans-papiers (Soumahoro, 2022), des salariés de Walmart (Hocquelet, 2014) ou le mouvement Justice for Janitors à Los Angeles (Kesselman, Sauviat, 2017), des salarié·es de la logistique en Italie (Benvegnu et Tranchant, 2020) ou encore celles des travailleurs saisonniers de l’agro-industrie en Espagne (Hellio, 2008). Toutes ces luttes mettent sur le devant de la scène des travailleurs et des travailleuses articulant plusieurs propriétés sources de discriminations qui participent de leur assignation à des places subalternes. Ces mobilisations interrogent également la manière dont les syndicats renouvellent leurs moyens de lutte – par le répertoire juridique (Chappe, 2019) ou l’organizing en se connectant à de nouveaux mouvements sociaux (Thomas, 2016) – et leurs revendications. Car si le statut de travailleurs semble primer par-delà toute distinction de statut ou d’identité (comme dans la lutte des travailleurs sans-papiers en France (Baron et al., 2011)), force est de constater que certaines luttes mettent au cœur de leurs revendications des préoccupations variables et spécifiques aux travailleurs concerné·es (comme l’installation de salles de prière sur le lieu de travail par exemple (Gay, 2021)).

Ce numéro propose de prêter attention à la manière dont l’ensemble de ces rapports sociaux de pouvoirs s’articulent dans les luttes au travail, en s’intéressant en priorité aux pratiques, et à la manière dont un cadre commun de lutte contre les discriminations « infuse » les conflictualités au travail, menées par ou à côté des organisations syndicales. Au-delà d’un état des lieux, nous souhaitons ainsi interroger la signification de ces évolutions.

Les interrogations pourront prendre plusieurs directions (non exhaustives).

  • Un premier ensemble de question pourra porter sur les liens dynamiques entre assignation à des positions minorisées dans l’espace de travail et les possibilités de leur contestation. La progression et le renouvellement de la part des emplois non-qualifiés dans les services ou la gig economynotamment depuis une trentaine d’année et, à l’inverse, l’accroissement des emplois très qualifiés exacerbe un mouvement de polarisation. Les interactions ou précisément l’absence d’interactions, encouragées par le recours massif à l’externalisation, entre salarié.es qualifié.es d’un côté et les travailleur.euses disqualifiés de l’autre, segmentés selon les nationalités, le genre et la classe sociale n’encouragent-t-elles pas l’apparition de sentiment d’injustice ? En outre l’imposition de conditions de travail plus dégradées, en dehors du droit du travail, conduit-elle à faire émerger des résistances pouvant prendre la forme d’une opposition commune ? Le fait de partager au travail bien plus qu’une série de tâches prescrites, mais également des propriétés sociales analogues permet-il de nourrir des « visions du mondes » similaires et, en cas de moment conflictuel, de fournir un socle commun de revendications (Kergoat, 2009 ; Beaumont et al., 2018) ?
  • Dans la continuité de ce premier axe, un autre point attirera particulièrement notre attention : celui du lien entre ces contestations et le hors-travail. L’ancrage territorial, par exemple, est un mode d’organisation historique des syndicats (UL, UD, etc.) – permettant notamment de penser des luttes interprofessionnelles -, néanmoins tombé en désuétude. Or le contexte actuel semble appeler à un renouveau de cet échelon organisationnel (Béroud et Martin, 2020). Parallèlement, un certain nombre de travaux insistent sur le rôle joué par l’ancrage territorial dans l’organisation de la vie collective des salariés, en particulier lorsqu’ils sont très discriminés (Benquet, 2011 ; Collectif du 9 août, 2016 ; Rosa Bonheur, 2019 ; Doumenc, 2022). Dans quelle mesure les organisations syndicales intègrent-elles cette articulation souvent étroite entre le travail et le hors-travail pour renouveler leurs pratiques ? Par ailleurs, le hors-travail ne se limite pas aux lieux de résidence, il concerne l’ensemble des sphères dans lesquelles les individus évoluent. De cette manière, les appartenances communautaires, nationales, familiales, amicales, religieuses, etc. apparaissent intéressante à prendre en considération dans l’étude des conflictualités ordinaires au travail. Encouragent-elles la contestation et, éventuellement, l’adhésion syndicale, ou, au contraire concourent-elles à opérer de nouvelles formes de hiérarchisation dans les luttes (Dunezat, 2007) ?
  • Parce que l’acteur syndical constitue un des acteurs historiques de la contestation au travail, un troisième ensemble de questions pourra porter sur la manière dont les syndicats se positionnent vis-à-vis de ce nouveau cadrage des conflictualités. En effet, un des enjeux centraux du syndicalisme reste la possibilité de gagner de nouveaux adhérent·es et de les garder sur le temps long (Giraud et al. 2018). Or pour que cela fonctionne, encore faut-il que les nouveaux·elles adhérent·es parviennent à s’y faire une place. Autrement dit, pour mener des luttes, il revient aux organisations syndicales de comprendre ce que les gens veulent (Tapia et Tamara, 2021). Or les difficultés à ce « renouveau syndical » sont nombreuses. Elles se traduisent parfois sur le terrain par la création de collectifs spécifiques la plupart du temps sectoriels (Collectif de la force invisible des Aides à domicile, Collectif Pas de bébés à la consigne, pour n’en citer que deux). L’émergence de ces formes d’organisations alternatives au syndicalisme interroge dès lors les frontières et les limites de l’action syndicale. Par ailleurs, les organisations syndicales peinent encore à intégrer des minoritaires (femmes, racisé.es, personne en situation de handicap…) en haut de la hiérarchie syndicale ou lors des négociations collectives (Contrepois, 2014). A quelles nouvelles dynamiques, stratégies, processus de cadrage l’approche intersectionnelle donne-t-elle lieu dans les organisations syndicales ? Comment se renouvellent les pratiques à l’aune de cette approche (davantage de recours au droit, alliances renouvelées avec le tissus associatif, politiques actives de syndicalisation, etc. ?) ? On pourra se demander par exemple comment ces pratiques se nourrissent d’autres mouvements sociaux (mouvements Gilets jaunes, Black Lives Matters, #me too, etc.) ou d’autres sphères sociales (quartier, famille, associations, etc.).

Le dossier accueillera des contributions s’appuyant aussi bien sur des enquêtes quantitatives que qualitatives (monographiques, ethnographies, études comparatives, etc.) et donnant à voir le renouvellement de ces pratiques et formes de conflictualité salariale au croisement des différents rapports sociaux. Les contributions pourront prendre en considération divers critères, au-delà de la classe, de la race sociale ou du genre : le handicap, la religion, l’âge, l’orientation sexuelle, l’état de santé ou la structure familiale. Des articles d’ordre plus méthodologiques seront également bienvenus, afin de mettre en évidence comment l’étude de ces pratiques induit un regard sociologique renouvelé. Dans quelle mesure l’approche intersectionnelle renouvelle-t-elle les pratiques d’enquête afin d’être en mesure d’identifier les capacités d’agir plurielles dont disposent les salarié·es ? Enfin, des propositions faisant état de retours d’expériences de la part d’acteurs (salarié·es, syndicalistes, militant·es, etc.) ayant participé ou observé de tels moments sont aussi vivement encouragés. Ce faisant, ce dossier espère contribuer au décloisonnement de l’étude du syndicalisme pour l’ouvrir à d’autres champ de la sociologie (urbaine, du travail, du racisme, des mouvements sociaux, de la famille, etc.).

Calendrier

Les contributions ne peuvent pas excéder 40 000 signes, espaces inclus.

Normes typographiques et bibliographiques : https://lesmondesdutravail.net/contrib/

Date de livraison des propositions d’articles : 30 mai 2023

Date de livraison des articles : 1er septembre 2023

Date de parution du numéro :  Avril 2024

Adresse de livraison des fichiers : rachidbouchareb@aol.comdoumenc.saphia@gmail.com et claire.flecher@univ-lyon2.fr  avec copie à info@lesmondesdutravail.net

télécharger l’Appel à articles (format PDF)

Références

Barron P., Bory A., Chauvin S., Jounin N. et Tourette L., On bosse ici, on reste ici. La grève des sans-papiers : une aventure inédite, Paris, La Découverte, 2011.

Béréni L., « ”Faire de la diversité une richesse pour l’entreprise”. La transformation d’une contrainte juridique en catégorie managériale », Raisons politiques, n° 35, p. 87-106.

Béroud S. et Bouffartigue P. (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, 2009.

Béroud S. et Thibault M., En luttes ! Les possibles du syndicalisme de contestation, Paris, Raisons d’agir, 2021.

Benvegnù C. et Tranchant L., « Warehousing consent? Mobilité de la main-d’œuvre et stratégies syndicales au principe d’une conflictualité différenciée dans les entrepôts italiens et français », Travail et emploi, 2020, n° 162, p. 47-69.

Benquet M., Les damnées de la caisse. Grève dans un hypermarché, Paris, Éditions du Croquant, 2011.

Bouchareb R., « L’action syndicale face aux discriminations ethno-raciales », Sociologies pratiques, Presses de Sciences Po, n°23, octobre 2011, p.69-81.

Bouchareb R. (coord.), « Dossier. Les discriminations racistes au travail », Les mondes du travail, n°21, 2018.

Bouquin S. (coordination), Les résistances au travail, 2008.

Chappe V.-A., L’égalité au travail. Justice et mobilisations contre les discriminations, Presses des Mines, 2019.

Collectif du 9 aout, Quand ils ont fermé l’usine. Lutter contre la délocalisation dans une économie globalisée, Agone, 2016.

Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, Éditions Amsterdam, 2019.

Contrepois S., « La démocratie, une question de genre ? La participation des femmes à la négociation collective », Politiques de communication, 2014, n°2, p. 113-144.

Dunezat X., « La fabrication d’un mouvement social sexué : pratiques et discours de lutte », Sociétés & Représentations, vol. 24, no. 2, 2007, pp. 269-283.

Doumenc S., « Penser les (non-)mobilisations syndicales à l’aune de l’ancrage local : des femmes de ménage à Marseille et à Lyon », Espaces et sociétés, 2021, n° 183, p. 67-82.

Fassin, Didier. « L’invention française de la discrimination », Revue française de science politique, vol. 52, no. 4, 2002, pp. 403-423.

Gay V., Pour la dignité. Ouvriers immigrés et conflits sociaux dans les années 1980, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2021.

Giraud B., Yon K., et Béroud S., Sociologie politique du syndicalisme. Introduction à l’analyse sociologique des syndicats, Paris, Armand Colin, 2018.

Hellio Emmanuelle, « Importer des femmes pour exporter des fraises (Huelva) », Études rurales, 182 | 2008, 185-200.

Hocquelet M., « Grande distribution globale et contestations locales : les salariés de Walmart entre restructurations discrètes et nouvelles stratégies syndicales », Travail et emploi, n°137, p.85-103.

Jan A., « Livrer à vélo…en attendant mieux », La nouvelle revue du travail, n°13, 2018, (en ligne).

Jounin N., « Humiliations ordinaires et contestations silencieuses. La situation des travailleurs précaires des chantiers », in Sociétés Contemporaines , 2008/2 (n° 70), pp. 25 – 43.

Kergoat D., « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », in Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, PUF, Actuel Marx Confrontation, 2009.

Kesselman D., Sauviat C., « Les enjeux de la revitalisation syndicale face aux transformations de l’emploi et aux nouveaux mouvements sociaux », Chronique internationale de l’IRES, n°160, 2017, p.19-37.

Lee Tamara L., Tapia M. “Confronting Race and Other Social Identity Erasures: The Case for Critical Industrial Relations Theory”, IRL Review, 74(3), 2021, p. 637-662.

Lescurieux M., Le temps de militer : carrière syndicale et disponibilité biographique des femmes et des hommes de la CFDT, Thèse de Doctorat en sociologie, 2021.

Masson D., « Femmes et handicap », Recherches féministes, vol. 26, n°1, p. 111-129.

Nizzoli C., C’est du propre ! Syndicalisme et travailleurs du « bas de l’échelle » (Marseille et Bologne), Paris, Presses Universitaires de France, 2015.

Nizzoli C., « Quel renouveau pour le syndicalisme contemporain ? », Chronique Internationale de l’IRES, 2017, n° 160, p. 3-18.

Pereira I., Intersectionnalité: controverse militantes et théoriques dans l’espace français, in Les Mondes du Travail n° 21, 2018, pp. 105-117.

Pernot J.-M., Syndicats, lendemains de crise ?, Paris, Gallimard, 2005.

Rennes J., « Conceptualiser l’âgisme à partir du sexisme et du racisme. Le caractère heuristique d’un cadre d’analyse commun et ses limites », Revue française de science politique, 2020/6, p. 725-745.

Revillard A., Des droits vulnérables. Handicap, action publique et changement social, Presses de Sciences Po, 2020.

Soumahoro Aboubakar, Causse Marie, L’humanité en révolte. Notre lutte pour le droit au travail et au bonheur. Lille, Les étaques, 2022.

Thomas A., « The transnational circulation of the ‘organizing model’ and its reception in Germany and France”, European Journal of Industrial Relations, 2016, n°4, p. 317-333.

[1] La perspective intersectionnelle permet, dans un double mouvement, à la fois de penser la (re)production des inégalités sociales de classe, de genre et de race, mais également de saisir concrètement les stratégies mises en œuvre pour les dénoncer ou les combattre. Voir l’article d’Irène Pereira (2018) sur sa réception et les controverses militantes et théoriques en France.

[2]Aux États-Unis, des stratégies de renouvellement syndical accordant le primat à l’organisation des non syndiqué·e·s se focalisent sur le développement de campagnes allant au-delà des seules sphères professionnelles, s’inspirant du modèle du community organizing proposé par Saul Alinsky.

Appel à communication : Journée d’étude – 15 Mai 2023 à Liège. Doctorant.e.s et jeunes chercheur.euse.s. Mutualiser le travail : Les coopératives dans l’économie capitaliste


Les centres de recherche PragmApolis (ULiège) et METICES (ULB) organisent une
journée d’étude à l’Université de Liège, en Belgique, autour des coopératives de
travailleur.euse.s. Cette journée a pour objectif de rassembler des doctorant.e.s et jeunes
chercheur.euse.s en sciences humaines et sociales qui s’intéressent aux travailleur.euse.s
ayant fait le choix (parfois contraint) de s’organiser en coopérative, soit qu’ils et elles aient
récupéré leur outil de travail dans un contexte militant (ou non), soit qu’ils et elles aient
décidé de convertir leur association ou de lancer ex nihilo une entreprise sous forme de
coopérative. Peu importe la forme et l’histoire propre des coopératives de
travailleur.euse.s, toutes mettent en oeuvre une pratique alternative du travail. Cette
journée vise à faire discuter les jeunes chercheur.euse.s autour de leurs terrains, leurs
observations et leurs premières propositions théoriques, ainsi que des enjeux
méthodologiques et épistémologiques rencontrés dans leurs travaux. Dans une visée
comparative, la journée d’étude entend contribuer au développement des réflexions sur la
condition des travailleur.euse.s, leur rapport au travail et les alternatives qui s’imposent au
système capitaliste.


Nous proposons deux axes dans lesquels les communications peuvent s’inscrire, mais
ceux-ci ne sont pas exclusifs les uns des autres :


Axe 1. Changement du rapport à l’organisation : ce que l’organisation collective fait
au travail : La coopération entre pairs, l’autonomie et le sens du travail figurent parmi les
aspirations des travailleur.euse.s. Leur expérience quotidienne est, au-delà de la mise en
commun des moyens de production, avant tout marquée par l’organisation à tous les
niveaux de l’entreprise. À cet égard, les coopératives de travailleur.euse.s sont souvent
considérées comme des laboratoires pour la réinvention des pratiques d’organisation du
travail. Comment font-ils et elles pour que leur entreprise fonctionne dans un
environnement économique ? De quelle manière sont structurées la production et la
coordination des activités ? Qu’est-ce qu’ils et elles mettent en place pour répondre aux
défis économiques et sociaux ? Comment se passe la mise en oeuvre de dispositifs
novateurs ? Enfin, quelles compétences et attitudes sont à adopter pour mettre en oeuvre
les nouvelles pratiques ?


Axe 2. Récupération de l’outil de travail par les travailleur.euse.s dans un contexte
militant : Face aux menaces de licenciement, de délocalisation, de fermeture de l’usine
ou de l’entreprise, la récupération se présente comme une solution pour protéger l’emploi
et mettre en oeuvre une organisation du travail capable de subvertir en partie l’ancienne
organisation. Comment les travailleur.euse.s s’organisent-ils et elles pour organiser leur
travail collectivement? Alors que les dispositions sociales des salarié.e.s ne les
prédisposent pas a priori à gérer l’entreprise et détenir les moyens de production
généralement possédés par la bourgeoisie économique, comment les habitus salariés se
transforment-ils en habitus sociétaires ? Quelles valeurs et quelles normes sont à l’oeuvre
dans la gestion du travail ? Qu’est ce qui est maintenu de l’ancien ordre et qu’est ce qui
est transformé ? Quelles tensions vivent-ils et elles, et à quelles contradictions font-ils et
elles face ?


Conférencier confirmé :
Maxime Quijoux nous fait l’honneur de participer à la journée d’étude. Après une
présentation de ses travaux, il participera aux discussions et aux échanges autour des
diverses présentations. Maxime Quijoux est sociologue et politiste, chargé de recherche
au CNRS et membre du Lise. Ses recherches portent sur les mobilisations du travail, le
syndicalisme et la démocratie en entreprise. Il est l’auteur de Néolibéralisme et
autogestion, l’expérience argentine (éditions de l’IHEAL, 2011) et de Adieux au patronat,
lutte et gestion ouvrières dans une usine reprise par ses salariés (éditions du Croquant,
2018).


Organisation pratique :
Date : 15 mai 2023
Lieu : Université de Liège, campus Sart Tilman à Liège
Organisation : Maryline El-Khoury et Kristel Maasen


Communication :
Pour participer, veuillez soumettre un abstract de max 400-500 mots pour le 5 février 2023
au plus tard aux adresses suivantes:
marylineelkhoury@gmail.com kristel.maasen@ulb.be
Une réponse vous sera envoyée avant la fin du mois de février.

Soutenance de thèse de Guillaume Trousset

Guillaume Trousset soutiendra sa thèse le 14 décembre, à 14 h, salle 6 centre du Panthéon:

Le syndicalisme à l’épreuve des nouveaux bassins d’emploi. La CGT à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle (1966-aujourd’hui)

devant un jury composé de :

  • Mme Sophie Béroud, professeure de science politique à l’Université Lumière Lyon 2 (rapporteure) ;
  • Mme Nathalie Ponsard, maîtresse de conférences HDR d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne (rapporteure) ;
  • Mme Danielle Tartakowsky, professeure émérite d’histoire contemporaine à l’Université Paris 8 ;
  • Emmanuel Bellanger, directeur de recherche? CNRS CHS des mondes contemporains ;
  • Michel Pigenet, professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directeur) ;
  • Xavier Vigna, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris Ouest-Nanterre.

Appel à communication du RT 18 – Relations professionnelles

Source

Les relations professionnelles ont constamment fait l’objet de conceptions diverses voire concurrentes. L’approche marxiste et les différents courants qui s’en inspirent insistent surtout sur la dimension conflictuelle des relations professionnelles qui reflète – tout en la déformant – l’opposition d’intérêts entre les directions d’entreprise d’une part et les salariés d’autre part. Cependant, l’institutionnalisation grandissante des organisations syndicales, le développement des instances représentatives du personnel et l’encouragement répété à la négociation collective entre les représentant.es de direction et des salarié.es concourent ensemble à établir l’espace des relations professionnelles comme un cadre de circulations d’idées, de savoirs, de pratiques voire de valeurs. À cet égard, la promotion récurrente du « dialogue social », que ce soit par le législateur ou par les acteurs syndicaux eux-mêmes, illustre bien comment les relations professionnelles sont de plus en plus appréhendées comme un espace d’échanges. Comment définir les interactions entre ceux qui représentent le patronat et les représentant.es de salarié.es ? Circulation ou domination ? Échange ou confrontation ? Ces tensions ne s’observent pas seulement dans les différentes approches théoriques des relations professionnelles, mais également, au quotidien, dans les pratiques de régulation, de contestation ou d’appropriation des conditions de travail et d’emploi des salarié.es. Le 10e congrès de l’Association française de sociologie sera l’occasion d’étudier comment ces notions permettent de décrire les évolutions récentes des relations professionnelles. Il s’agira en particulier d’appréhender les effets de la crise sanitaire, des récentes réformes du Code du travail et plus généralement des mutations des systèmes productifs sur les régulations sociales en entreprise, le syndicalisme et les conflits du monde du travail. Pour ce faire, le RT18 privilégie six axes de réflexion (les deux premiers sont présentés ici, les quatre autres correspondent à des sessions croisées avec d’autres RT).  

Axe 1. Les enjeux de l’intersectionnalité pour l’analyse des relations professionnelles et du syndicalisme

Les études sur le syndicalisme et les relations professionnelles ont historiquement mis au centre de leurs problématiques une population composée d’hommes, blancs et valides. Pour autant, des travaux plus récents analysent aussi l’engagement syndical des femmes et des minorités raciales à partir des outils des études de genre et de l’intersectionnalité, afin de prendre en compte conjointement les rapports sociaux de sexe, de race et de classe. Dans cet axe, nous proposons de discuter de l’apport de ces approches dans l’étude du syndicalisme et des relations professionnelles. De quelle manière les différents rapports de domination et leur combinaison permettent de rendre compte des mécanismes de l’engagement et du désengagement syndical ainsi que de la relation entre représentant·es syndicaux·ales et travailleur·ses ? Cette lecture éclaire-t-elle à nouveaux frais les interactions entre travailleur·ses, militant.es syndicaux et les directions des entreprises ? Comment ces outils sont-ils mobilisés pour construire une problématique ou pour analyser un terrain ayant trait au syndicalisme, notamment dans des secteurs d’activités marqués par le sexisme et/ou le racisme structurel ? En quoi les outils fournis par ces courants théoriques permettent d’appréhender les freins et les obstacles à l’engagement syndical des travailleur·ses, mais aussi de saisir les dynamiques d’émancipation ? La position occupée par le ou la chercheur·e, à l’intersection entre plusieurs rapports de domination peut également faire l’objet de communications qui souhaiteraient montrer en quoi, l’expérience d’un·e chercheur·e socialement considéré·e comme homme ou femme racisé·e ou pas, valide ou en situation de handicap a un effet sur la manière de mener des recherches aussi bien sur le plan épistémologique que méthodologique.  

Axe 2. Circulations des causes et des modes d’action

L’espace des relations professionnelles, ainsi que le champ syndical et l’espace des organisations patronales qui le composent en partie sont, à l’instar, d’autres espaces sociaux, lieux de multiples circulations. Cet axe s’attache justement à saisir les circulations des causes et des modes d’action ainsi que les logiques sociales qui les sous-tendent, entre ces trois espaces et d’autres. Ces circulations peuvent être accomplies localement, nationalement, ou selon des processus transnationaux. Ces circulations sont tout d’abord celles des causes. Ces causes peuvent prendre différents degrés de généralité (la cause des travailleur.ses, des femmes, des minorités raciales, environnementale, etc. ou des revendications plus précises), et se retrouver inscrites dans des supports pluriels (résolutions de congrès syndicaux, tracts, pétitions, pancartes, dispositifs divers, etc.). Comment les causes sont-elles construites, circulent-elles et sont appropriées par les militant·es syndicaux ? Comment sont-elles retravaillées par les interactions qui se déploient au sein de l’espace des relations professionnelles (entre syndicats et directions d’entreprise par exemple) ? Comment les militant·es syndicaux·les se saisissent et participent de causes portées au sein d’autres espaces (espace des mouvements sociaux, monde associatif, champ politique, etc.) ? Que font les circulations des causes dans d’autres espaces que les relations professionnelles aux causes elles-mêmes ? Quelles opérations de traduction cela implique ? Comment les causes s’agencent-elles ou entrent-elles en concurrence entre elles (par exemple, la cause environnementale face aux problématiques d’emploi et de compétitivité) ? Ces circulations sont ensuite celles des modes d’action au sein des organisations syndicales et entre organisations syndicales et non syndicales. Souvent étudié selon les oppositions binaires ancien/ moderne, contestataire/non contestataire, individuel/collectif, le répertoire d’action syndical témoigne également de continuum – et donc de circulations -, par exemple, entre les actions contestataires et non contestataires. Comment le répertoire d’action syndicale combine des modes d’actions a priori jugés opposés ? Dans quelle mesure ce répertoire d’action est-il autonomisé de celui d’autres espaces militants ? Comment expliquer les importations et réappropriations de modes d’action entre organisations qui pourraient paraître au premier abord éloignées ? La circulation des causes et des modes d’action interroge tout particulièrement les acteurs·trices qui les font circuler. Ces militant·es cumulent-elles et ils engagements au travail et hors travail ? Quelles sont leurs propriétés en termes de classe, de genre, de race, etc. ? Quelle place occupent-elles et ils dans les appareils syndicaux ?   Les propositions de communication devront s’appuyer sur des enquêtes empiriques solides, qualitatives ou quantitatives. Elles préciseront la démarche de recherche adoptée. L’analyse de cas étrangers ou la comparaison internationale sont les bienvenues. Les propositions de communication devront compter environ 3 000 signes et être déposées sur le site de l’Association française de sociologie avant le 31 janvier 2023. Elles doivent impérativement indiquer le ou les axes dans lesquelles elles peuvent s’insérer. https://afs-socio.fr/congres/lyon-2023/ Afin d’organiser la discussion scientifique, les auteurs et autrices des propositions acceptées devront envoyer une version détaillée de leur contribution (30 000 à 50 000 signes tout inclus) avant le 2 juin 2023.