Syndicalismes, méthodes, théories, terrains

L’objectif de ce carnet de recherche est de faire exister un espace de partage sur l’actualité des recherches scientifiques sur le monde syndical en France et dans d’autres pays. Il est aussi un lieu d’échange pour des doctorant·e·s, des chercheur·e·s et des syndicalistes. D’une manière générale, ce carnet s’adresse à celles et ceux s’intéressant au syndicalisme et aux différentes formes d’action collective dans les sphères du travail.

Une partie du contenu de ce carnet de recherche sera issue des échanges portés au sein du séminaire SYMETT, animé depuis plusieurs années par une équipe de chercheur·e·s au sein du laboratoire Triangle.

Email de contact : symett.triangle@gmail.com

Présentation de l’équipe :

  • François Alfandari : Docteur en science politique et postdoctorant au laboratoire Triangle. Ses travaux portent sur la sociologie des relations professionnelles et du syndicalisme. Il réalise actuellement une recherche sur les évolutions de la formation des élus du personnel (IRES/Lyon 2). Il a récemment publié un article dans Socio-économie du travail intitulé “La variété du rôle des représentants du personnel au regard des contextes socio-productifs” (2022), et a participé récemment, en 2021, à la rédaction d’un rapport dans le cadre de la post-enquête REPONSE : Reconfigurations des usages et des pratiques du “dialogue social” en entreprise dans un contexte de changement socio-productif et institutionnel (sous la direction de Baptiste Giraud et Camille Signoretto, LEST).
  • Mariette Ballon : Doctorante en science politique, elle travaille actuellement sur la thèse : Quelle représentation des travailleurs en Palestine ? Analyse des pratiques et des formes d’action au sein de la Palestinian General Federation of Trade Unions (PGFTU). Elle s’intéresse plus spécifiquement aux questions de l’organisation du travail des palestiniens en Palestine et en Israël, et des questions de représentations de ces derniers par les institutions palestiniennes. Elle a choisi de s’intéresser plus particulièrement à la PGFTU car elle dispose d’une ancrage historique, géographique et administratif important, au sein des territoires, et il semble intéressant de l’étudier à la manière d’un cas type (ou non) des fédérations de travailleurs du monde arabe, lorsqu’elles sont traversées par les contraintes liées à la situation d’occupation et de colonisation.
  • Sophie Béroud : est professeure de science politique à l’Université Lyon 2, membre du laboratoire Triangle. Ses recherches portent sur les transformations contemporaines du syndicalisme et de la conflictualité du travail en France. Elle a mené un certain nombre de travaux sur les mobilisations de travailleurs précaires et la façon dont celles-ci sont prises en charge par les organisations syndicales : thématique développée dans une HDR soutenue en 2017 et intitulée Pour une sociologie politique du syndicalisme : structures, pratiques et représentations. Avec en particulier Cristina Nizzoli, elle mène depuis trois ans une étude sur les dynamiques de mobilisation des travailleuses dans les EHPAD. Elle a également réalisé des enquêtes empiriques avec K. Yon sur l’adaptation des pratiques syndicales aux nouvelles règles de la représentativité syndicale et prolonge aujourd’hui ces questionnements suite à la mise en place des CSE. Elle a co-écrit ou co-dirigé les ouvrages suivants : Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ? (avec Paul Bouffartigue, La Dispute, 2009), En quête des classes populaires. Un essai politique (avec Paul Bouffartigue, Henri Eckert et Denis Merklen, La Dispute, 2016) Sociologie politique du syndicalisme, (avec Baptiste Giraud et Karel Yon, A. Colin, 2018). Elle vient d’achever avec Martin Thibault un ouvrage issu d’une enquête sur la place de l’Union syndicale Solidaires dans le champ syndical (En luttes ! Les possibles d’un syndicalisme de contestation, à paraître chez Raison d’agir en mars 2021).
  • Anaïs Bonanno : Doctorante en sociologie au laboratoire Triangle (ENS de Lyon) et au Centre de Sociologie des Organisations (Sciences Po Paris). Sa thèse porte sur la relation entre l’inspection du travail et son public, à la croisée de la sociologie du droit, du travail et des relations professionnelles. Elle a ainsi contribué à l’ouvrage collectif dirigé par Sylvain Brunier et Olivier Pilmis, intitulé La règle et le rapporteur. Une sociologie de l’inspection, en écrivant un chapitre intitulé « Un guichet pas comme les autres. L’autonomie de l’inspection du travail face aux demandes des élu·e·s et des salarié·e·s » (Paris : Presses des Mines, 2020). Elle a également publié, la même année, l’article « Aux guichets de l’inspection du travail », dans La nouvelle revue du travail (en ligne).
  • Lina Cardenas : Doctorante en sociologie et ATER rattachée au Laboratoire, Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS-Université Gustave Eiffel), elle réalise une thèse sur la formation syndicale des militants en France, en mobilisant les outils de la sociologie du syndicalisme, des mobilisations collectives et de l’éducation des adultes. Elle a publié : « Caméra aux poings. Images dans la grève : des usages pluriels dans la lutte syndicale », Images du travail, travail des images (En ligne), 12 | 2022. Elle a également contribué à la réalisation du documentaire Grève aux royaumes des ordures, tourné à l’occasion d’une mobilisation des éboueurs de la métropole lyonnaise pour l’amélioration de leurs conditions de travail. 
  • Saphia Doumenc : Docteure en science politique (Université Lyon 2), rattachée au laboratoire Triangle. Dans le cadre de sa thèse sur l’engagement syndical de femmes de ménage à Lyon et à Marseille, elle s’intéresse à la sociologie du travail, des classes populaires, des mobilisations collectives et du syndicalisme. Elle a publié deux articles issus de sa recherche doctorale : « Penser les (non-)mobilisations syndicales à l’aune de l’ancrage local : des femmes de ménage à Marseille et à Lyon », Espaces et sociétés, n°183,  2021, p. 67-82 et « Anarcho-syndicalisme et nettoyage : l’improbable politisation de la lutte par le recours juridique », Sociologie du travail, vol. 61, n°4, En ligne. 
  • Estelle Fisson : Doctorante en science politique, au laboratoire Triangle et à l’Université Lumière-Lyon 2. Ses domaines de recherche portent sur la sociologie de l’action collective et du syndicalisme ainsi que sur la sociologie du genre, des masculinités et de l’homosexualité. Elle co-dirige le lexique Catégoriser : lexique critique des constructions sociales de la différence, à paraître chez ENS Editions en 2023.
  • Claire Flécher : est maîtresse de conférences à l’université Lumière Lyon 2 (enseignante à l’Institut d’études du travail de lyon, IETL, et chercheure au Centre Max Weber). Ses travaux de recherche portent sur les mutations du salariat saisis à partir de ses marges. A partir d’une ethnographie réalisée à bord de navires de commerce, sa thèse de doctorat porte sur les conditions d’emploi et de travail des marins de commerce, travailleurs situés au cœur de la mondialisation du travail et d’un marché du travail dont les intermédiaires se déploient au niveau international. Elle étudie également les mutations du travail et de l’organisation du travail, ainsi que la manière dont les travailleurs agissent sur ces mutations, comment ils les refusent ou les contournent, mais aussi comment celles-ci peuvent parfois donner lieu à des processus d’appropriations. Enfin, elle analyse les processus de dérégulation et re-régulation que ces évolutions sous-tendent, notamment à partir des recompositions de l’activité syndicale, avec et autour des « marges » du salariat ainsi que dans des espaces internationaux. Elle a notamment publié Travailleurs vos papiers ! (Libertalia, 2010), des articles scientifiques dans les revues Critique internationale (n°81, 2018/4), Sociologie du travail (n°56, 2014) ou Variations (n°18, 2013). La publication du livre issu de sa thèse est prévue en 2021.
  • Willy Gibard : Doctorant en science politique à l’Université Lyon 2, associé au laboratoire Triangle (UMR 5206). Sa thèse se situe à la confluence de la sociologie politique du syndicalisme, de la sociologie des mondes associatifs, et de la sociologie du travail, et vise à interroger les modalités de prise en compte de l’économie sociale et solidaire, à travers son prisme coopérativiste, au sein de la CGT, dans une perspective historique et ethnographique. Il est membre du comité d’organisation du séminaire SYMETT.
  • Gabriel Ronsenman : Après une dizaine d’années comme cheminot et responsable syndical, il réalise actuellement une thèse de science politique au Centre Maurice Halbwachs (EHESS – ENS). Sa recherche porte sur la pratique des caisses de grève dans l’histoire du mouvement ouvrier français et a donné lieu à plusieurs publications scientifiques : « Produire la solidarité par l’image ? Les caisses de grève et leurs représentations comme dispositifs de sensibilisation militants (2016-2020) », Images du travail, travail des images [en ligne], 12 / 2022 ; « Les caisses de grève à l’épreuve de la grève interprofessionnelle », Mouvements, 2020/3 (n° 103), p. 40-49 ; « Aux sources des caisses de grève interprofessionnelles », Revue d’Histoire du XIXe siècle, « Revues en lutte », 2020/1 (n° 60), p. 9-72.
  • Lucas Winiarski : Docteur en science politique à l’Université Lumière – Lyon 2, rattaché au laboratoire Triangle (UMR 5206). Il travaille sur le syndicalisme, les mouvements sociaux, l’organisation et la mobilisation des travailleurs précaires. le chômage et la précarité, la CGT et Saint-Etienne. Sa thèse en préparation s’intitule L’organisation des chômeurs et des travailleurs précaires dans la CGT (années 1990-2010). Une comparaison de configurations locales. Il est membre du comité d’organisation du séminaire SYMETT. 

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
symett (5 octobre 2022). Syndicalismes, méthodes, théories, terrains. SYndicalismes, MÉthodes, Théories, Terrains (SYMETT). Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://symett.hypotheses.org/5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.