Appel à communication : Journée d’étude – 15 Mai 2023 à Liège. Doctorant.e.s et jeunes chercheur.euse.s. Mutualiser le travail : Les coopératives dans l’économie capitaliste


Les centres de recherche PragmApolis (ULiège) et METICES (ULB) organisent une
journée d’étude à l’Université de Liège, en Belgique, autour des coopératives de
travailleur.euse.s. Cette journée a pour objectif de rassembler des doctorant.e.s et jeunes
chercheur.euse.s en sciences humaines et sociales qui s’intéressent aux travailleur.euse.s
ayant fait le choix (parfois contraint) de s’organiser en coopérative, soit qu’ils et elles aient
récupéré leur outil de travail dans un contexte militant (ou non), soit qu’ils et elles aient
décidé de convertir leur association ou de lancer ex nihilo une entreprise sous forme de
coopérative. Peu importe la forme et l’histoire propre des coopératives de
travailleur.euse.s, toutes mettent en oeuvre une pratique alternative du travail. Cette
journée vise à faire discuter les jeunes chercheur.euse.s autour de leurs terrains, leurs
observations et leurs premières propositions théoriques, ainsi que des enjeux
méthodologiques et épistémologiques rencontrés dans leurs travaux. Dans une visée
comparative, la journée d’étude entend contribuer au développement des réflexions sur la
condition des travailleur.euse.s, leur rapport au travail et les alternatives qui s’imposent au
système capitaliste.


Nous proposons deux axes dans lesquels les communications peuvent s’inscrire, mais
ceux-ci ne sont pas exclusifs les uns des autres :


Axe 1. Changement du rapport à l’organisation : ce que l’organisation collective fait
au travail : La coopération entre pairs, l’autonomie et le sens du travail figurent parmi les
aspirations des travailleur.euse.s. Leur expérience quotidienne est, au-delà de la mise en
commun des moyens de production, avant tout marquée par l’organisation à tous les
niveaux de l’entreprise. À cet égard, les coopératives de travailleur.euse.s sont souvent
considérées comme des laboratoires pour la réinvention des pratiques d’organisation du
travail. Comment font-ils et elles pour que leur entreprise fonctionne dans un
environnement économique ? De quelle manière sont structurées la production et la
coordination des activités ? Qu’est-ce qu’ils et elles mettent en place pour répondre aux
défis économiques et sociaux ? Comment se passe la mise en oeuvre de dispositifs
novateurs ? Enfin, quelles compétences et attitudes sont à adopter pour mettre en oeuvre
les nouvelles pratiques ?


Axe 2. Récupération de l’outil de travail par les travailleur.euse.s dans un contexte
militant : Face aux menaces de licenciement, de délocalisation, de fermeture de l’usine
ou de l’entreprise, la récupération se présente comme une solution pour protéger l’emploi
et mettre en oeuvre une organisation du travail capable de subvertir en partie l’ancienne
organisation. Comment les travailleur.euse.s s’organisent-ils et elles pour organiser leur
travail collectivement? Alors que les dispositions sociales des salarié.e.s ne les
prédisposent pas a priori à gérer l’entreprise et détenir les moyens de production
généralement possédés par la bourgeoisie économique, comment les habitus salariés se
transforment-ils en habitus sociétaires ? Quelles valeurs et quelles normes sont à l’oeuvre
dans la gestion du travail ? Qu’est ce qui est maintenu de l’ancien ordre et qu’est ce qui
est transformé ? Quelles tensions vivent-ils et elles, et à quelles contradictions font-ils et
elles face ?


Conférencier confirmé :
Maxime Quijoux nous fait l’honneur de participer à la journée d’étude. Après une
présentation de ses travaux, il participera aux discussions et aux échanges autour des
diverses présentations. Maxime Quijoux est sociologue et politiste, chargé de recherche
au CNRS et membre du Lise. Ses recherches portent sur les mobilisations du travail, le
syndicalisme et la démocratie en entreprise. Il est l’auteur de Néolibéralisme et
autogestion, l’expérience argentine (éditions de l’IHEAL, 2011) et de Adieux au patronat,
lutte et gestion ouvrières dans une usine reprise par ses salariés (éditions du Croquant,
2018).


Organisation pratique :
Date : 15 mai 2023
Lieu : Université de Liège, campus Sart Tilman à Liège
Organisation : Maryline El-Khoury et Kristel Maasen


Communication :
Pour participer, veuillez soumettre un abstract de max 400-500 mots pour le 5 février 2023
au plus tard aux adresses suivantes:
marylineelkhoury@gmail.com kristel.maasen@ulb.be
Une réponse vous sera envoyée avant la fin du mois de février.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.